Encore une fois, Gouache nous promet le pire pour le repas de ce soir et on ne sait pas si il faut le croire ou pas, dans le doute, on prend un énorme petit déjeuner.

Comme hier, on reprend la route tôt et on s’arrête manger tôt car après, on retrouve la bonne vieille piste. Super Gouache essaye de nous trouver autre chose que du mouton car il a compris depuis longtemps que les filles en avaient fait une overdose, mais c’est sans succès. Ce n’est pas faute d’essayer, il arrête même des gens dans la rue pour leurs demander où manger du poulet. Pendant ce temps, on fait un genre de visite touristique de la ville. On croise l’hôpital, la maternité, l’hôpital des enfants… Finalement, ce sera du Yama (mouton) mais il est bien cuisiné et ce n’est pas si terrible.

Puis on repart pour la piste qui nous mène à une petite yourte familiale au milieu de formations granitiques immenses.

Gouache nous propose d’aller nous balader au milieu de ce décor avec un guide. Ok ! On se retrouve avec le dit guide : un gosse de 7 ans que nous surnommerons « mini guide ». Au début tout va bien, il nous montre quelques pétroglyphes sur les rochers, puis il pète un plomb. Il fait des roulades, saute de partout, tue des insectes et essaye de chasser la marmotte. Il n’est d’ailleurs pas très doué et dans un autre monde, il mourait de faim. On pense qu’il est un peu bipolaire. Il faut dire que ça doit être dur de vivre isolé de tout.

On finit notre balade et Gouache nous conduit aux vrais sites archéologiques du coin. On se balade dans les formations granitiques, où vivaient les peuples mongols avant l’invasion russe. L’endroit est joli et la vue aussi. Il y a pleins de colonnes de cailloux chamaniques, comme au lac Baïkal, il faut dire que c’est un haut lieu religieux car d’après la légende, Gengis Kahn aurait fait brouter son cheval ici ! Incroyable non !

On visite plusieurs sites différents dont l’un abrite les ruines d’un ancien temple. Il est bien caché dans un petit renfoncement.

Pour finir, on s’arrête près d’une source naturelle. Il fallait la trouver aussi, c’est un trou dans un caillou de 5 à 6 cm de diamètre et 30-40 cm de profondeur rempli d’eau qu’on prend grâce à une cuillère tordue attachée au bout d’un bâton. Il paraît que cette eau à des vertus guérisseuses en particulier pour la vue et mini guide, qui nous a suivi, s’en envoie plein dessus.

En arrivant sur le site, un homme louche à moto nous klaxonnait avant que l’on s’arrête. Il était passablement énervé et Gouache l’a amadoué avec sa fiole à tabac. C’est un genre de garde du site, on ne sait pas ce qu’il nous reprochait mais grâce à Gouache point d’amende, ce qui n’est pas le cas des autres voitures de touristes qui s’en tirent avec un PV chacune. Pas de chance les coréens (les kimchis comme nous dit toujours Gouache).

Ce soir, c’est repas boîte de pâtes car vu le niveau d’hygiène de la famille, c’est une question de survie.

Après ce festin, on se balade autour des yourtes avec Gouache qui nous explique qu’ici a eu lieu une grande bataille et que les monticules surmontés de pierres sont des tombes de soldats. On en a même vu une entourée de pierres qui forment un cercle, c’est celle d’un haut gradé. Les tombes remontent au 14 ou 15 ème siècles (et oui on en comprend des choses en mongol quand on se concentre et qu’on n’a pas d’autres alternatives !). En tout cas c’est un moment sympa emprunt de nostalgie anticipée. La fin se rapproche et tout le monde le ressent, même Gouache on a l’impression.

Avant de dormir, on profite du ciel étoilé qui est superbe ici, il n’y a aucune pollution lumineuse. On se croirait seul au monde.

Comments are closed.

Secured By miniOrange