Bon, on pensait que la poisse d’hier était terminée mais ce matin, à 7h30 une femme de ménage débarque dans notre chambre avant de se rendre compte qu’elle s’est plantée. Merci pour le réveil en fanfare !
Là, on espère que c’est la dernière m…de !
Du coup on se prépare et on décide de ce que l’on va faire aujourd’hui pour notre dernier jour en Chine.
Comme on a fait des économies sur notre budget prévisionnel, on a pris la décision de tout faire en taxi comme des riches.
On laisse les bagages aux consignes de l hotel en espérant qu’ils ne leurs arrivent rien dans cette GH maudite.
On commence par visiter Western Hill, c’est une colline qui permet d’avoir une belle vue sur Kunming et son lac et de voir quelques temples en route.
Le trajet n’est pas court car nous allons à 15kms vers le nord.
Comme on l’a déjà dit, la ville est immense.
On arrive au ticket office et on fait les chinois.
On prend le billet combiné complet, celui qui va nous permettre de ne presque pas marcher.
On commence avec le bus qui nous mène au pied du site de la porte du dragon.
On a bien fait de prendre le bus, car le trajet est long et tout en montée et quand on voit les chinois qui grimpent, ça ne donne pas envie.
La seconde étape consiste à prendre un télésiège pour le sommet.
Les filles apprécient et nous aussi car la vue commence à être sympa malgré le petit voile de brouillard ou de pollution ça dépend du point de vu de chacun.
On arrive en haut et là, il ne nous reste plus qu’à redescendre en passant par les différents temples.
Pour pousser la chinoiserie jusqu’au bout, on s’achète la photo de nous sur le télésiège, plastifiée et bien kitsch.
Parfois, on se laisse envahir par l’esprit de la Chine.
On descend tranquillement, en profitant des points de vues sur le lac (qui est immense) et la ville.
Les temples sont aussi jolis, surtout ceux à flanc de colline mais la moitié des bâtiments sont des magasins et l’autre moitié te vend de l’encens ou des photos kitsch.
On est un peu pris dans la cohue chinoise, il faut dire que l’on est dimanche, ça ne doit pas aider.
On passe par la porte du dragon et la grotte du dragon, avant d’arriver en bas.
Là, une voiturette électrique nous ramène au départ du télésiège.
Tout est fait pour économiser nos pas, on en profite bien car la journée va être longue, notre avion est pour 23h30.
On reprend le bus pour descendre vers le ticket office, mais on fait un arrêt en chemin pour visiter un joli temple.
Il ressemble beaucoup à la Maison des Wu à Lijiang car tous les bâtiments sont en enfilade avec des coursives latérales qui, ici, mènent aux chambres des moines.
On finit ce petit tour et on revient au ticket office en bus, bien sûr !
Maintenant se pose le problème du taxi car on n’est pas en centre ville et il n’y en a pas.
On se dirige vers le métro, qui était l’arrêt précédent du bus, zut, des pas en plus !
Arrivés à 100 m du métro, un taxi, tombé du ciel arrive.
On le prend vite avant que d’autres ne le voit et on lui indique une rue piétonne en centre ville pour visiter un peu.
On arrive à se comprendre c’est cool !
On mange au Mc Do pour avoir un peu de Wifi en espérant que le VPN fonctionne, mais là c’est tout simplement le réseau du Mc Do qui n’existe pas.
La réponse de la caissière, peut être que c’est internet qui est en panne !
Mais bien sûr, et Wall street est en feu du coup.
On croit que c’est plutôt l’approche de leur fête nationale (le 01 Octobre) avec en prime les 70 ans du parti communiste (le 28 mais regroupé avec la fête du 1er) qui fait que les restrictions sont encore plus importantes.
Bon, on sort de là pas plus avancé sur comment aller à notre hôtel à Séoul demain mais au moins le ventre plein.
On se balade dans les rues piétonnes où l’on peut voir quelques vieilles maisons d’époque, qui tiennent debout par l’opération du saint esprit parfois.
On trouve un mini marché aux fleurs et aux animaux.
On tombe sur des poussins qu’ils ont teint, il y en donc des rouges, des verts, des violets et des jaunes (même eux sont colorés).
Que fait Brigitte Bardot !
On découvre aussi un genre de marché aux puces ou de brocante à ciel ouvert.
Tout nous fait envie, on se voit même redécorer notre maison avec certaines pièces, des encriers à calligraphie, des verrous comme en Mongolie et bien d’autres choses (voilà une idée de liste de cadeaux de noël pour les intéressés à notre retour !).
Le temps file et si nous voulons visiter un dernier temple, c’est maintenant ou jamais.
On arrête un taxi qui nous emmène au Golden temple qui comme son nom l’indique est principalement fait de…bronze !
Il n’y a quasi personne.
On visite les pavillons et surtout les jardins qui doivent être beau à la bonne saison avec les magnolias et les camélias en fleur.
On pourra quand même profiter des serres des orchidées, plantes tropicales et des cactus.
Voilà notre dernière visite chinoise est terminée.
On redescend pour pouvoir prendre le bus car on se doute qu’il ne doit pas y avoir trop de taxis ici, on est quand même à 11 kms du centre.
Comme le temple est sur une colline, il faut tout redescendre à pieds, à l’aller, le taxi nous avait déposé à une autre porte plus haute.
Sur le chemin, une dame nous propose quelque chose, par réflexe, on répond non et puis on voit que c’est une descente en luge d’été.
On l’a dit, journée chinoise, nous voici donc partis pour une descente endiablée de quelques minutes.
Encore une fois, les poulettes sont aux anges, c’est leur récompense pour avoir été super hier dans le bus.
On arrive à la station de bus et, oh ! miracle, on trouve un taxi.
Retour en centre ville dans la grande rue piétonne pour flâner une dernière fois.
On revient vers l’hôtel et on remange au resto sur le toit.
A 20h15, on prend les sacs et on trouve un taxi pour l’aéroport.
On a dû trouver le plus vieux et pourri pour la fin, son voyant moteur est allumé et Maéva arrive à voir la route même la porte fermée car le joint est mort (et enterré surement !).
Une fois tous les contrôles passés et il n’y en a pas que 2 (deux fois les bagages et 4 fois les passeports et billets : c ‘est dur de renter dans ce pays, mais quasi aussi galère d’en sortir ) nous faisons une rencontre improbable, on voit Chuka, la directrice de l’agence de voyage francophone de Mongolie.
Le monde est petit !
On embarque et se prépare pour une nuit pourrie et très courte, arrivée prévue à 4h50 avec 1h en moins à cause du décalage !

Comments are closed.

Secured By miniOrange