Ce matin, c’est le réveil qui nous sort de la torpeur. Après deux jours de relâche, ça fait un peu drôle. On se prépare vite, on dit au revoir à David et Loulou (le chien) et on prend un taxi pour l’aéroport. L’aéroport ? Non, nous n’avons pas encore changé nos plans, c’est là-bas que l’on doit prendre notre voiture de location.

Notre taxi est une camionnette ouverte à l’arrière, rouge, car à Chiang Mai, la plupart de celles qui desservent le centre le sont. Les filles adorent notre taxi.

On arrive à 8h55, pile dans les temps. Alex passe le check de sécurité, car l’agence de location est dans l’aéroport et ici, on scanne tout avant d’entrer dans le terminal.

15 minutes plus tard, on découvre notre Hunday city. Elle est rutilante !

On charge le coffre, on fait un tour de la carrosserie, histoire de ne pas oublier une petite rayure qui nous serait facturée ensuite et on s’installe pour le départ.

En Thaïlande, la conduite se fait à gauche, ce qui signifie volant à droite. Il faut donc monter son cerveau à l’envers pour ne pas se tromper.

Sur le chemin, nous avons décidé de où nous voulions aller. Ce sera Lampang. C’est une petite ville à l’est, avant de revenir vers un classique tour du nord et de l’ouest.

Nous avions très envie de découvrir cette ville et on n’a pas une voiture tous les jours qui permet d’avoir une liberté de mouvements et de décisions.

Les premiers kilomètres sont un peu stressant pour Maéva et un peu pour Alex aussi, car les thaïs ne sont pas forcement très respectueux du code de la route en général. On se retrouve donc souvent avec des voitures qui créent des voies sur la bande d’arrêt d’urgence ou sur le terre plein central. En gros, ce que l’on comprend vite, c’est que la priorité revient au plus gros. Du coup, on ne gagne que contre les scooters et motos car notre voiture est assez petite face aux gros picks-up qui nous doublent sans arrêt.

Bon, après, ça se fait et à part cette histoire de conduite à gauche, c’est cool. En plus la voiture est automatique, donc pas grand chose à faire à part se répéter sans cesse, reste sur la voie de gauche !

On fait un premier stop à quelques kilomètres de Lampang pour visiter le wat (trouver le nom). Il paraît que c’est un des plus beaux de Thaïlande. On se gare au parking et tout le monde nous regarde un peu étonné et amusé. Il faut se rappeler qu’ici c’est le pays du sourire.

On entre dans l’enceinte et on tombe sur plusieurs bâtiments en teck, ce qui donne sûrement sa plus-value au temple.

On fait le tour de tous les bâtiments et pavillons annexes avant de revenir sur les principaux. Il y a beaucoup de monde et la ferveur est palpable. Tout le monde prie en tournant autour du chedi ou devant les différentes statues de Bouddha. Nous, on observe ça d’un œil extérieur et on apprécie les moulures, les sculptures en bois… Dans un des bâtiments, il y a une table sur laquelle, on peut voir le chedi comme en négatif couleur (c’est dur à décrire mais il y a une photo que l’on croit flou au début mais qui illustre bien). C’est un petit jeu d’optique avec un trou dans le mur, l’angle de trou et la lumière qui est encore très forte aujourd’hui, car le soleil tape.

En sortant du temple, on passe devant un stand où une petite vieille se réveille en nous voyant passer et veut nous vendre des tickets d’entrée. Nous sommes sur le chemin de la sortie et aucun thaï ne paye quoi que ce soit, on fait donc mine de ne pas comprendre et on file.

Arrivés à la voiture, il faut quand même savoir où on veut dormir ce soir. On sélectionne deux adresses et on y passe pour voir et tenter de négocier les prix.

Le premier est un taudis à 13€ pour 4. Bon ça ne les vaut pas, il y a des trous dans les draps, tout est d’une extrême saleté et que dire de la porte dans la chambre qui donne sur l’extérieur (au 3ème étage) et qui nous permet de compter les voitures qui passe visuellement (car elle est en bois transparent, une nouvelle matière à développer) et auditivement.

Maéva met son véto et on remonte en voiture.

La prochaine est un peu (en faite beaucoup) plus cher. C’est un petit bungalow familial un peu en dehors de la ville.

On tente le tout pour le tout et on passe d’un bungalow à 1800 baths à une superbe chambre à 950 baths. Voilà qui est bien.

On s’installe et on ressort pour manger immédiatement.

On s’arrête au visitor center de Lampang où on nous donne de supers conseils pour notre journée de visite.

On trouve une place de parking un peu centrale et on marche un peu dans la vieille rue de Lampang. Il y a pleins de maisons en teck, souvenir d’un lointain passé colonial. Elles sont vraiment superbes. On en profite pour s’arrêter manger dans un petit bouiboui. Le repas à 4 plats et 2 coca nous revient à 4€31. Ne cherchez pas, il n’y a pas d’erreur de virgule ou de chiffre !

On passe par un temple sur le chemin et nous avons la bonne idée de nous y engouffrer. Dans son enceinte, il y a un vieux bâtiment en teck, qui ne sert plus et qui est un peu laissé à l’abandon mais que l’on peut visiter. Pour info, c’est le wat (mettre le nom).

En sortant, on fait un tour le long de la rivière, où il a un peu de street art, notre nouvelle passion.

On traverse la rivière pour aller visiter un temple qui est classé à l’UNESCO. (mettre son nom)

Il le mérite, son chedi tout doré est superbe et son Bouddha couché (style Wat Poh à Bangkok) nous rappelle de bons souvenirs.

Le soleil commence à décliner mais on voudrait visiter un dernier temple avec les belles couleurs du soir. On reprend la voiture et on roule jusqu’au wat (mettre le nom). Il y a normalement un billet d’entrée, mais il n’y a personne au guichet, ce sera donc la seconde économie de la journée.

Le soleil rasant illumine les toits en or de ce temple qui nous fait un peu penser à la Birmanie.

Les décorations sont d’une rare finesse, comme les sculptures en bois du pavillon principal.

Après ça, c’est mission restaurant. On avait repéré un petit marché un peu plus tôt et on se dit que ça pourrait faire l’affaire. Pour nous y rendre, Maps.me, nous indique un chemin plutôt simple. Au bout de quelques minutes, on se retrouve bloqué dans une rue où les stands et les scooters garés n’importe où et n’importe comment nous empêchent de continuer. Sauf que la marche arrière n’est pas envisageable car on a déjà pris un passage vraiment étroit.

Nous voilà un peu démuni mais le peuple thaï est vraiment super et deux mecs commencent à bouger tous les scooters qui nous gênent et les stands, tout en nous guidant, pour que l’on passe.

On dirait Moïse et l’ouverture de la mer devant nous.

Maéva stresse un peu et Alex se concentre pour passer, parfois, au millimètre.

Après cette aventure, on se rabat sur un supermarché pour faire quelques courses.

On tombe sur un genre de centre commercial avec un food court au milieu. Notre repas est tout trouvé.

On termine par un passage dans le supermarché, non sans tentation, ni craquage. On s’en sort avec du pain, des vaches qui rit (sous marque) et de quoi faire des apèros-jeux dans les jours qui viennent.

Puis retour à la maison pour décompresser de cette première journée sur les routes thaïlandaises.

Comments are closed.

Secured By miniOrange