Nous avons droit à un super petit déjeuner avec soupe de riz au porc, œufs, toasts et fruits frais. De quoi nous mettre en forme pour toute la journée.

On charge la voiture et on reprend la route.

On commence par retourner à Lampang pour visiter ce que nous n’avons pas eu le temps de voir hier.

On commence par le wat si rong mueang. Pourquoi est ce qu’on s’acharne à mettre tous les noms alors qu’ils sont souvent ressemblants et compliqués. C’est, tout simplement, pour nos futures mémoires défaillantes.

Ce temple est fait en bois, probablement du teck, mais teint en rouge. Ça donne une autre allure que ceux tout blanc. Par contre l’intérieur est autant, voir plus clinquant que les autres. Il y a des paillettes, de la miroiterie, de la mosaïque brillante et même une statue dont un doigt porte un anneau qui clignote. Comme vous, on s’est posé la question de pourquoi cet anneau clignotant et bien, nous avons eu un semblant de réponse. Un jeune homme est venu avec sa mère pour demander une divination au moine ou autre chose et avant de partir, il est venu placer son front sur le doigt de la statue. Sûrement un genre de passation de pouvoir !

On continue nos visites avec le wat pa fang. Il est un peu secret car il est en retrait de la rue principale et que l’entrée est un peu sur le côté.

Comme il est tôt, nous arrivons au moment où les moines font leurs corvées du matin : arrosage de plantes, balayage…

On fait le tour seul, toujours pieds nus car on ne marche pas en chaussures près des chedis ou dans les pavillons.

En sortant, on traverse juste la rue pour aller voir un autre temple, le wat chai mongkol. Celui ci a une histoire particulière. C’était en premier lieu, un endroit pour parquer les militaires capturés pendant les guerres royales, puis, c’est devenu une école pour les moines avant de finalement devenir un temple. Il y a un temple à proprement parler, mais ce qui nous a le plus plu, c’est la maison en bois de style birmane où avait lieu les leçons à l’époque de l’école. Nous y sommes accueillis par un moine très sympa qui nous donne une petite feuille explicative sur le bâtiment.

Puis, on marche un peu jusqu’au dernier temple de Lampang (que nous voulons visiter, sinon, il y en a encore une ribambelle), le wat si chum.

Rien de particulier, si ce n’est le petit écriteau à l’entrée qui annonce une entrée payante à 20 baths par personne, mais cela n’est écrit qu’en anglais. Bizarre, vous avez dit bizarre !

On revient à la voiture et on se rend à la Ban sao nak, une maison en teck que l’on peut visiter.

Elle est superbement entretenue, avec des meubles d’époque, un plancher brillant et glissant au possible et si ce dernier était droit, on pourrait carrément l’habiter. Du moins, on aimerait bien une belle maison comme ça. Elle est surélevée pour éviter les animaux et les inondations et elle a un superbe jardin. Tout ce qu’on aime quoi !

Avant de partir, la dame de l’entrée, nous offre des gâteaux au riz soufflé et un jus de tamarin. Bonne pioche, ses gâteaux sont tellement bons qu’on lui en achète 3 sachets (car il y avait une promo).

On dit au revoir à Lampang et on prend la route qui nous ramène vers Chiang Mai. On bifurque juste avant pour s’arrêter à Lamphun. C’est un modèle réduit de Chiang Mai avec des remparts assortis de douves et un centre historique.

On se trouve un petit resto pas trop cher, puis on se rend au temple le plus connu de la ville, le wat phra that haripunchai woramahawihan (à vos souhait!).

Sur le chemin, on passe par un petit marché sur un pont couvert qui surplombe la rivière. Il y a pas mal de chose, en particulier de la soie. En fouinant un peu, Alex se trouve un petit porte monnaie qui remplace son sac plastique à zip qui faisait un peu clodo.

Puis nous arrivons au temple qui est immense et encore une fois, nous sommes étonnés par la ferveur des thaïs, qu’ils soient vieux, jeunes, hommes, femmes, riches ou pauvres, ils viennent tous prier.

Pour notre part, point de vocation au bouddhisme, même si Louise et Gabrielle s’y intéressent beaucoup, mais tout ce brillant (en toc bien sur) on trouve que ça a de la gueule. Sur la route pour quitter Lamphun, on croise un dernier temple avec un chedi tout en brique (le wat chammathewi) et ça nous fait tellement penser à Sukhothai et Ayutthaya qu’on ne peut s’empêcher de s’arrêter.

Contrairement à ce que vous pensez, nous ne faisons pas une overdose de temples, mais la suite du voyage devrait être plutôt basée sur la nature et on profite donc de ce côté religieux tant que l’on peut.

Encore une heure de route et nous arrivons a Chom thong. C’est notre porte d’entrée pour le Doi Inthanon, le plus haut sommet de Thaïlande avec son parc national.

On s’installe dans notre petit bungalow et c’est fin d’après midi relax. Un dessin animé pour les filles et cartes-apéro pour nous (merci les courses d’hier au Big C).

On ne ressort que pour manger et ce n’est pas très exotique car on s’arrête aux pizza hut et KFC à emporter.

On essaye de se coucher tôt car demain, on reprend nos habitudes de Corée du sud, les randos !

Comments are closed.

Secured By miniOrange