On profite de notre dernier petit déjeuner buffet. Maéva va un peu mieux et on se fait des assiettes d’ogre car le repas de midi risque d’être un doux rêve. On fait les sacs et on prend notre voiturette de golf ! pour aller prendre notre bus pour Vientiane.

C’est un vrai bus donc les places sont assez grandes. Tout le monde se repose tranquillement et le temps passe assez vite.

On arrive à Vientiane à 14h. On marche jusqu’à notre hôtel qui est à 500 mètres.

Quand on arrive, on voit le mec chercher sur son ordi, revenir vers nous, nous demander nos passeports, nous demander quand est ce qu’on a fait la réservation. Autant dire que quand tu es un voyageur aguerri, tu comprends que ça pue pour toi. En effet, il a zappé notre booking et la chambre familiale n’est pas dispo. Il nous propose une chambre dans un hôtel « partenaire ». Alex se déplace pour aller voir, mais c’est une chambre triple. La réponse est donc non.

Nous sommes dans l’impasse car il nous faut une chambre, on n’a pas envie de galérer à chercher, on lui demande donc 2 chambres à côté. Alex qui est passablement énervé mais qui se contient car en Asie il ne faut pas perdre la face essaye de négocier un prix pour la compensation. On s’en tirera avec une nuit à 30€ au lieu de 33€ (soit 9€ de rabais) et surtout un transport à l’aéroport le dernier jour à 6 $ pour 4 alors que le prix affiché est de 10 $ par personne.

On s’installe dans nos chambres. Les filles ont 2 lits et nous un grand. C’est pas si mal !

On ressort pour trouver à manger car avec toutes ces bêtises, il est 15h.

On trouve un petite cantine pas très loin. C’est bon et pas cher, on valide.

On passe la fin d’après midi un peu tranquille car la fatigue s’est accumulée et que la Malaisie s’annonce sportive avec mamie Martine.

Les filles regardent « Il était une fois la vie » pendant que l’on met un peu le site à jour.

A 18h, on prend le chemin du marché de nuit. Il est le long du Mékong. Autant dire que tout a beaucoup changé. Notre petite capitale d’il y a 10 ans est devenue une vraie ville. Il y a un food court (quasi vide et avec la moitié des stands fermés un samedi soir), de la musique à fond et des Thaïs partout qui passent la frontière pour venir acheter leurs vêtements de contrefaçon !

Après avoir déambulé dans les stands qui vendent du Gucci, du Vuitton et autres Dior, on s’arrête dans un resto libanais pour changer.

Puis on rentre pour se coucher tôt afin d’être en forme demain pour le tour de la ville.

On ne vous a peut être pas raconté mais on revient à Vientiane pour une raison bien particulière. Il y a 10 ans, nous avons perdu deux jours de photos sur tout notre voyage et c’était ceux de Vientiane. L’objectif est donc de refaire nos visites et d’enfin réparer cette injustice !

Comments are closed.

Secured By miniOrange