La nuit a été quelque peu agitée car la situation à Hong-Kong est assez préoccupante. Ce sale coronavirus chinois affecte tous les pays autours et surtout Hong-Kong.

Du coup, il faut changer nos plans car le passage par ce pays pourrait nous priver de la suite en cas d’infection ou de fermeture des frontières.

Ce qui signifie aussi pas de Disneyland pour l’anniversaire des filles alors qu’on venait de leur annoncer. Petite tristesse surtout pour nous parents qui espérions leur faire plaisir.

Bref, ça sent la perte d’argent et les nuits blanches à choisir la meilleure solution. Alex est d’avis de tout changer très vite sans vraiment réfléchir trop. C’est aussi ça le voyage, des bonnes nouvelles et certaines moins bonnes. Comme dit Maéva, on a toujours nos deux jambes alors ça va ! Elle passerait presque pour une optimiste !

Bref, on se prépare et on va prendre le petit déjeuner compris dans la chambre. C’est un petit buffet assez sympa.

Puis on commence nos visites. La ville est grande et on veut essayer de trouver le street art qui est présent un peu partout.

Le soleil tape déjà bien fort et on sue tous.

On remonte notre route et on commence à trouver des peintures et des sculptures en fer forgé.

Les peintures sont bien abîmées mais on profite quand même des belles façades de l’époque coloniale.

Nos cartes ne sont pas super précises mais en croisant les données avec Maps.me, on arrive à trouver presque tout ce que l’on cherchait. Bien sûr, il y a pleins de peintures non officielles et ça nous éloigne un peu de notre itinéraire initial mais c’est comme ça que l’on tombe sur des petits coins sympas.

Par exemple, on se retrouve dans un marché du matin avec poissonnerie, boucherie, maraîcher et autres. Les filles peuvent même voir comment on passe de la noix de coco au lait de coco en 2 étapes : râper la coco à la machine et la passer à la presse pour extraire le lait. C’est aussi simple que ça !

Ça faisait longtemps qu’on avait pas déambulé dans un marché et ça nous fait bien plaisir car la suite du voyage ne devrait plus nous le permettre.

On goûte le fameux jack fruit car tout le monde ici nous encourage à le faire et bien c’est pas mauvais mais pas super bon non plus. On reste mitigé. Mamie Martine se rabattra sur un gros pomelo.

On continue notre tour en passant vers Armenian street, la rue la plus touristique de Georgetown avec plein de peintures et surtout plein de chinois, alors déjà qu’avant ils étaient un peu chiants, mais avec leur virus, on ne veut plus les approcher.

On se trouve une petite galerie avec de l’art sur tous les murs et complètement désertée par les touristes (art lane sur Maps.me pour les curieux).

On finit notre balade par un retour le long du port à la recherche d’un restaurant climatisé. Et bien, ce n’est pas monnaie courante ici et on finira au food court comme hier soir.

On rentre faire une petite sieste car la chaleur est accablante.

Vers 16h, on ressort pour aller se promener sur les « jetties ». Ce sont des jetés avec des maisons sur pilotis.

L’histoire derrière tout ça, c’est que ces maisons ont été construites par les immigrés chinois qui ne pouvaient pas vivre en ville. Ils se sont donc recréés un petit Chinatown mais sur l’eau. Chaque jetée abritait une famille différente et de nos jours, certaines jetées portent encore le nom d’une famille alors que d’autres sont « mixed » (comprendre familles mélangées).

C’est un endroit super sympa, on voit la mer, les autres vieilles maisons et la vraie vie dans ces quartiers un peu fait de bric et de broc.

Certaines jetées sont devenues des repaires à touristes avec magasins de souvenirs, de glaces… mais si on fouille un peu, on en trouve encore des authentiques avec des petits temples devant les maisons. Parfois, on a presque l’impression d’être chez les gens mais ça ne les dérangent pas, ils nous saluent tous.

Sur la première jetée, où il n’y avait aucun touriste, on a croisé un petit papy venu acheter une glace à la seule marchande de l’allée. On en a fait autant pour l’encourager un peu et les filles se sont régalées.

On a beaucoup aimé cet endroit et on y reviendra un matin pour avoir la belle lumière du soleil levant.On rebique vers le centre et on tombe sur 2 peintures que l’on avait cherchées ce matin en vain et en prime, un petit marché d’artisanats dans une vieille bâtisse.

On rentre en passant par le quartier de Little india. Tout de suite, les maisons changent, elles sont colorées et la vie dans le rue redevient festive, comme ce que l’on avait connu à Singapour.

On marche un peu mais c’est ici que l’on veut venir demain alors on ne regarde pas de trop près.

On se trouve un petit restaurant indien mais musulman (on peut y manger de la vache !).

Puis on rentre pour dormir pour certains et se prendre la tête sur les itinéraires pour les autres.

Comments are closed.

Secured By miniOrange