On a l’impression que nos corps s’habituent au froid car cette nuit, il a fallu que l’on se découvre. La magie de l’adaptation !

Après notre petit rituel du matin, ranger les lits, petit déjeuner, pipi et fermeture de tout ce qui doit l’être comme l’eau, le gaz, les tiroirs et placards, nous pouvons partir.

La route jusqu’à notre randonnée du jour ne nous fait aucunement changer d’avis sur nos envies de vivre ici. On croise de sublimes maisons au bord du lac Wanaka, les pieds dans l’eau quasi littéralement.

On arrive au parking rapidement et nous ne sommes que 6-7, cool !

On fait le plein d’eau et de bananes avant le départ. Nous prévoyons de faire Diamond lake et Rocky mountain, elle fait 8km et le dénivelé est de 500m.

Ce matin, tout le monde est enjoué et ça fait du bien de ne pas avoir à « traîner » quelqu’un.

L’ascension est simple, on commence par arriver au Diamond lake, les filles le touchent, bien sûr, et elles décrètent qu’il est chaud !

On continue l’ascension vers le point de vue sur Diamond lake. D’en haut,on dirait le casque de Dark Vador et en plus, il est vraiment sombre. On continue de monter vers le point de vue sur le lac Wanaka. Il est énorme, avec des îles et des presque îles. On en loupe pas une miette. La fin du chemin aller nous fait passer par plusieurs point de vues sur le lac, tous aussi beaux les uns que les autres Après une bifurcation où nous décidons de suivre le chemin de l’est, on continue la montée jusqu’au sommet. En haut, on peut voir le glacier Roy au loin.

Après une pause banane, on prend le chemin de la descente mais par l’ouest cette fois. Et bien, le côté est moins intéressant, plus glissant et donc plus dangereux.

On revient au CV mais malgré l’heure (13H30), on décide d’aller dans un autre coin pour pique-niquer.

On trouve un grand parc avec balançoire et table. Maéva fait aussi un passage par le bord du lac, où il y a un arbre solitaire au milieu de l’eau. C’est le spot instagram du moment, mais là, il n’y a pas grand monde.

On prend la route de Queenstowm qui nous fait passer par un col. Arrivés en haut, nous avons une vue superbe sur le lac Wakatipu et les pics alentours. Le petit plus, c’est que le point de vue où l’on s’arrête est aussi un free camp mais sans toilette. 

On se tâte un peu et pendant ce temps, on voit un avion qui vole entre les pics tranquille comme si de rien n’était. Ça va un avion de touristes nous direz vous, mais là, c’est un avion de ligne !

On regarde ça (Maéva en espérant ne surtout pas avoir à prendre ce vol plus tard), avant de décider de ne pas rester là pour la nuit.

On descend vers Queenstown et on fait un arrêt courses dans un énorme mall avec tout ce que l’on aimerait manger.

On trouve des gnocchis, de la crème, avec le bacon et le fromage que l’on a déjà, ça fera une bonne surprise aux poulettes qui rêvent de ce repas depuis 7 mois et en parlent dans quasimen tous leurs jeux de rôles !

On se remet en route et on décide de tenter d’aller jusqu’au seul free camp de la zone. On suit le lac Wakatipu qui est sublime. Il est immense, entouré de montagne et d’un bleu profond. On dirait presque la mer avec quelques vaguelettes.

On le suit sur plusieurs dizaines de kilomètres, en passant par Queenstown. Bien sûr, ici toutes les maisons nous font aussi envie. Il faut vraiment qu’on joue à l’Euromillions !

La route est superbe et quand on arrive au free camp qui est bondé, cela est moins frustrant car on a quasiment fait une visite en roulant comme ça.

On revient au DOC, un camp peu cher, un peu en self service, car tu écris toutes les infos nécessaires sur un formulaire, tu glisses l’argent dans un petit plastique et tu mets le tout dans la boîte aux lettres. Rien de plus simple.

Sauf quand tu n’as pas l’appoint. Alex demande à un motard Maori qui lui explique de mettre un petit mot au dos du papier explicant la situation et que le responsable passera demain matin pour nous faire le change. Finalement, il nous arrêtera une voiture avec un guide et des touristes qui nous feront du change. Ils sont toujours très gentils ces néo-zélandais !

On se trouve une bonne place et on se gare pour la nuit. On marche les quelques mètres qui nous séparent du bord du lac et on flâne le long. C’est très agréable, avec le bruit des vagues (et oui, c’est pas une blague, il y a des vagues). On se trempe les pieds même si on les ressort anesthésiés.

Le petit plus du camping c’est que c’est un des 100 endroits où il y a eu un bout de tournage du « Seigneur des anneaux » (d’après notre appli et la liste de ces endroits).

On revient au CV et on s’installe pour un petit apéro jeux pour les parents et apéro lecture pour les filles.

Au repas, la surprise fait son petit effet et tout le monde file au lit assez vite car on est bien fatigué tous autant que nous sommes.

Comments are closed.

Secured By miniOrange