Bonne Saint-Valentin à tous.

Bon, on est un peu loin de ça, mais ça ne fait pas de mal de se le souhaiter.

En nous levant, nous découvrons un ciel horriblement nuageux, du coup, on se questionne sur ce que nous allons faire.

On prend le temps de déjeuner pour voir comment va tourner le ciel, tout en cherchant toutes les possibilités qui s’offrent à nous.

Nous avions prévu de refaire quelques courses dans un grand supermarché avant de quitter la ville, étant toujours indécis, on se donne comme punchline de décision la sortie du magasin.

On fait la route en scrutant le ciel qui nous donne des signes d’éclaircies mais toujours pas assez pour faire ce qui était prévu.

On remplit les tiroirs et placards du CV avec pleins de bonnes choses et pas trop cheres.

En sortant, le ciel commence à bien bleuir mais pas vraiment vers là où l’on voudrait aller.

On se tâte, on extrapole et finalement, on se décide. On reste ici pour profiter de la région des lacs un dernier jour.

On ne le sait pas encore mais ce sera la meilleure décision de notre journée, de notre séjour en Nouvelle-Zélande, voir de notre voyage.

On revient vers Queenstown et on se dirige vers les Gondolas. Il y a plein de parkings, mais ils sont tous pleins. Puis, en arrivant à quelques mètres du départ du téléphérique (ah oui, les gondolas c’est un téléphérique!), on trouve une place miraculeuse. Voici un signe qu’on a pris la bonne décision.

On se dirige vers les caisses et on prend un aller-retour avec 3 descentes en luges chacun au sommet.

En Corée du sud, à Tongyeong, nous avions vu les luges d’été sur piste mais le prix était vraiment prohibitif. Ce jour là, nous avions promis aux filles qu’à Queenstown, il y a avait les mêmes et que nous en ferions si possible. En bons parents que nous sommes, nous tenons nos promesses !

Le caissier qui nous sert, parle un peu français pour pouvoir tout bien nous expliquer, un deuxième signe de bonne décision.

On monte dans une cabine et c’est parti pour le sommet, enfin pas tout à fait, on s’arrête un peu avant mais la vue d’ici est magique. Les nuages se sont tous volatilisés comme par magie et on a une vue imprenable sur le lac et les montagnes environnantes.

Arrivés en haut, on suit les panneaux qui nous mènent au départ de la luge. On lit les règles de sécurité (Gabrielle ne pourra pas conduire seule), on revêt notre casque et on prend le télésiège qui nous mène au départ de la piste.

Après une petite leçon de pilotage, nous recevons tous notre tampon d’aptitude à la luge et c’est parti pour une première descente. Le dernier signe de notre bonne décision, c’est que nous aurons droit à 4 descentes au lieu de 3 car ils cochent une case par luge et non par personne, et Gabrielle monte avec Alex.

C’est super, on fonce sur la piste, on double les escargots et on arrive en bas en quelques minutes. Gabrielle est super heureuse, Louise a conduit sa propre luge et arbore un sourire de joie et de triomphe et même Maéva qui n’était pas très chaude en redemande. Comme le dit leur slogan «one is not enough ». On reprend donc le télésiège et on repart pour un tour.

Au bout du troisième tour, Gabrielle dirige presque la luge seule et on ne freine que dans les virages très serrés. Parfois la roue de la luge se soulève dans les virages mais ça la fait rire et Louise oublie presque de ralentir et fait quelques frayeurs à sa maman.

Bon, rassurez-vous, à la fin de nos 4 descentes, nous sommes tous entiers.

On reprend une dernière fois le télésiège pour aller voir les parapentistes qui s’élancent d’en haut et puis pour faire une mini marche dans la forêt pour avoir un beau point de vue sur le lac.

Une matinée parfaite pour nous tous. Nous n’avons pas vu le temps passer, il est déjà 13h30. On reprend le téléphérique pour redescendre au parking et on retrouve notre CV.

Puis vient le moment un peu noir de la journée. On capte un wifi gratuit et on se connecte avec notre SIM française pour acheter notre billet d’avion retour en France. Nous avions essayé il y a 3 jours, mais il nous faut un SMS de la banque pour valider le payement, SMS que nous pouvons recevoir qu’avec notre carte française, celle qui n’a pas de data. Vous voyez le truc !

On se précipite un peu car les prix que nous avions trouvés étaient très intéressants et ils ont légèrement augmenté ces derniers jours. Nous voici donc avec notre « billet maudit » comme nous l’avions appelé il y a 10 ans, retour à Toulouse le 21 Juillet (départ de Johannesburg le 20).

On ne vous cache pas qu’il y une petite larmichette mais il le fallait bien.

Bref, on oublie tout ça et on découvre une bonne nouvelle, Qantas nous a remboursé notre billet Hong-Kong Christchurch et avec les taux de change différents, nous avons gagné 60€ !

On revient donc à notre camping d’hier soir, près du lac et on mange nos sandwichs à…15h.

Ensuite, on prépare le sac avec serviette et maillot de bain et on part pour une balade sur le bord du lac. En fait, la balade nous fait marcher le long du lac, mais nous ne le voyons que par intermittence. La récompense, au bout de 45 minutes, arrive sous la forme d’une mini plage où nous sommes seuls. On profite de la vue, de la fraîcheur de l’eau (on se fait une petite toilette de chat) et du calme.

Les filles fabriquent des radeaux en bois flotté pendant que nous prenons le soleil sur notre plage privée.

Le temps file et il faut déjà rentrer pour…prendre l’apéro. Et oui, c’est la tradition chez les Choubidous, en CV, on prend un apéro jeux dès que cela est possible.

Puis on se cuisine un petit poulet Korma (comme à Singapour ou presque) avant d’aller au dodo tôt car demain il y a de la route et on veut partir tôt.

Comments are closed.

Secured By miniOrange