Nous voici dans la partie un peu lourde et peu intéressante de la préparation du voyage.

Il faut commencer par se poser un peu et réfléchir à tous les abonnements qu’il faut arrêter, toutes les administrations à prévenir et bien d’autres choses encore. Nous avons commencé ces démarches environ 3 mois avant le départ.

La première chose que nous avons faite c’est les visas. On ne perd pas de vue que le plus important c’est quand même le voyage !

De tous les pays que nous allons traverser, il n’y en a pas tant que ça qui nécessitent un visa. On s’est arrangé pour mettre au début du voyage les 3 pays au visa le plus pénible à obtenir : la Russie, la Mongolie et la Chine.

Pour ces visas, on se résigne à devoir passer par une agence n’habitant pas proche d’un consulat ou d’une ambassade. Notre choix penche vers Mondial visa au vu de leurs commentaires sur internet. Cela commence par une tonne de paperasse où on répète inlassablement (nom, prénom, n° de passeport…) Et puis c’est l’épreuve digne de Koh Lanta, il faut se séparer de nos 4 passeports et les confier à la Poste puis à Mondial Visa.

Bon, il y a eu quelques péripéties mais rien de bien grave et à l’heure où nous écrivons, on attend nos passeports que Mondial visa nous a renvoyé hier avec nos 3 visas ! Edit le 11/07/2019 : ils sont là !!!!

Pour les autres pays tel que le Vietnam et le Laos, les visas sont on arrival. Il ne reste que l’ESTA pour la Nouvelle-Zélande qui deviendra obligatoire à partir d’Octobre 2019 et l’ETA pour l’Australie, on pourra donc les faire sur internet juste avant le départ. Edit : l’ETA australien est fait, on attend l’ouverture du site pour la Nouvelle Zélande courant juillet.

Il nous reste les abonnements à annuler à grand coup de recommandés, copies de billets d’avion et menaces à peine dissimulées d’annuler les prélèvements auprès de la banque si la résiliation n’intervient pas à la date souhaitée. Voici pèle mêle la liste de ces abonnements si cela peut vous aider : Internet, téléphone portable et fixe, télé avec canal + et autres, mutuelle, assurance auto/maison/professionnelle et conseil de l’ordre pour nous.

Pour une fois, l’état français nous a facilité la vie avec le prélèvement à la source, pas besoin de s’occuper des impôts. Il ne reste que la CAF à prévenir, histoire de ne pas abuser de sa gentillesse. Et oui, on quitte la France 1 an, ce qui signifie pas d’allocation familiale pendant tout ce temps. Pour la sécu pas de problème, nous sommes couverts jusqu’à notre retour.

Partie subsidiaire réservée aux parents, le casse-tête de l’école. Nous ne sommes pas soumis à la réglementation française étant donné qu’en quittant le territoire, nous ne sommes plus résidents. En France, l’instruction de nos enfants est maintenant obligatoire à partir de 3 ans que ce soit à l’école ou en famille. On a donc pris rendez-vous avec le directeur de l’école (pour rappel nos filles sont en CP et CE2) pour lui signifier notre projet de départ. Pour lui pas de soucis, il faut juste prévenir l’académie. En soi, rien de difficile, mais le petit hic, c’est que nos poulettes ont toutes les deux un an d’avance et qu’on souhaiterait qu’elles ne le perdent pas car normalement les enfants réintègrent la classe correspondant à leur âge. Alors là, je crois que le recteur d’académie a eu le cerveau qui a chauffé. Première réponse : on ne sait pas, il faut demander aux instances supérieures et finalement après 1 mois sans réponse, juste quand on perdait espoir, nous avons enfin reçu une réponse par courrier. C’est le directeur de l’école qui évaluera le niveau des filles à notre retour et qui les mettra dans la classe qui leur conviendra. Nous n’aurons pas de contrôle de l’inspection académique. Notre dernier courrier est adressé au maire du village pour la prévenir que nos filles seront déscolarisées pour l’année scolaire 2019-2020 et qu’elles réintégreront l’école pour la rentrée suivante. Nous serons toujours domiciliés sur notre commune pendant notre absence et retrouverons donc notre maison à notre retour.

Les cahiers des filles

Le dernier gros poste concerne la maison. On a de la chance, Mamie Martine (la maman d’Alex) va habiter chez nous pendant notre périple, comme ça pas besoin de trouver de locataires (ce que nous ne voulions pas faire de toute façon). Pour le crédit, notre contrat prévoyait la possibilité d’un report de 1 an maximum. C’est chose faite, et pendant ce temps, nous ne payerons que les intérêts. L’assurance du crédit suit le rythme du crédit. Pour l’eau et l’électricité, on ne change rien si ce n’est de baisser l’estimation de la consommation mensuelle en électricité. Nous paierons les abonnements et les consommations, Mamie nous remboursera. On garde également la ligne téléphonique, internet et la télé par la box qui servira à Mamie.

Nous conservons nos deux voitures en stationnement chez nous, nous baissons nos assurances au minimum.

Question importante : notre travail. Il reste notre disponibilité de la fonction publique à obtenir. On a commencé à en parler à notre DRH dès Avril 2018 pour connaitre la tendance. A t-on une chance d’obtenir une disponibilité pour convenance personnelle en même temps (même travail, même service, toute petite équipe) ? A priori pas de soucis. A notre retour des USA en Juin 2018, nous confirmons notre souhait de disponibilités. A l’heure où j’écris, on vient juste de finaliser notre date de départ. Il aura fallu du temps : entre le compte épargne temps, les congés annuels et les heures supplémentaires, il a fallu faire des calculs d’apothicaire. Bref, au final, Maéva commence sa dispo le 8 Novembre et moi le 14 Octobre pour un début de voyage le 18 Juillet. Pas mal quand même ! Nous serons donc payés encore quelques mois après notre départ et obtiendrons une bonne partie de notre prime annuelle.

Notre conseil de l’ordre étant peu en clin à assouplir ces règles sur le paiement de nos cotisations, nous devrons payer en cours de voyage même si nous ne travaillons pas.

Là je crois qu’on est au top et si on a oublié quelque chose et bien … tant pis.

Write A Comment

Secured By miniOrange