Nous sommes réveillés par une musique à fond les manettes, suivie par le discours au micro d’un mec qui répète tout le temps les mêmes choses. Bon, si il était 9h, ça irait, au pire 8h pourquoi pas, mais 7h15, des envies de meurtres nous passent par la tête.

Du coup, tout le monde est réveillé donc on déjeune et on ne perd pas de temps.

On commence par faire le trajet le plus long, vers Ban Rak Thai, c’est un petit village tout au nord, contre la frontière birmane. Il est dans un coin un peu reculé au milieu des montagnes et la route est limite périlleuse par endroit.

Nous arrivons quand même entier, y compris Thaïlanda (notre voiture baptisée par les poulettes, elles sont allées le chercher loin celui-ci!). Il faut dire que le pilote est un pro (dixit Alex lui-même).

En arrivant, nous sommes assez surpris, on retrouve des temples chinois avec dragon et phœnix, le tout surplombé de lanternes rouges. Il y a des plantations de thé alors que les thaïs en boivent assez peu et puis, il y a surtout une réplique de ville fortifiée chinoise horrible qui sert d’hôtel pour ces mêmes chinois. Il faut dire que ce village est en parti peuplé d’immigrés chinois de la génération précédente.

On se gare au milieu du village et on marche un peu dans la nature environnante. On passe au milieu de plantations de thé et surtout de vieilles maisons en bambou sur pilotis. Ça nous rappelle des souvenirs de trek il y a 10 ans !

On fait attention de ne pas passer la frontière, sans rire, les collines autours de nous sont sensées être côté birman. Il y a même un endroit où les douaniers vous laissent passer pour aller au village birman en face et revenir sans visa ni rien. Bon, comme on n’est pas fou et qu’on préfère ne pas finir comme les rohingas, on reste en territoire thaï.

On reprend la voiture pour aller voir la suisse thaïlandaise. Quel nom accrocheur ! Son vrai nom est Pang Oung.

En gros, c’est un lac au milieu des montagnes et cela, paraît-il, fait penser à la Suisse. Pour notre part, on reste mitigé, mais la vue est belle par contre.

On redescend tranquillement et on s’arrête à des cascades. En sortant, on voit un comptoir et on se dit déjà que ça pue pour nous car ça va être payant. Sachant que l’on voit les cascades depuis le parking, on se dit que ça ne devrait pas être trop horrible. Et bien c’est 10 baths pour les enfants et 20 pour les adultes…thaïlandais car pour les autres (les différents), c’est 50 pour les enfants et 100 pour nous. Après tout ce n’est que 5 fois le prix, ça passe. Ce racisme et cette discrimination ne nous plaîsent pas et on passe notre chemin.

Pour se réconforter, on s’arrête dans un petit resto de bord de route qui promet de la vraie cuisine thaïe. Et bien, on n’est pas déçu, c’est un régal. On se recommande même un autre plat à partager tellement tout est bon. C’est une petite mamie qui cuisine et elle écoute ce qu’on lui demande. Quand on lui dit « no spicy », ce n’est pas piquant et quand on dit un peu, ce n’est pas le feu. Et que dire de son lemon juice ou du banana shake. Bref, que du bonheur ! Et pour couronner le tout, on a une superbe vue sur la rivière en contrebas qui est d’une rare clarté (excepté les cours d’eau de Corée du sud et Taïwan).

On continue notre chemin vers le pont en bambou de Su Tong Pae. Il est vendu à 500 mètres, on dirait 200 à 300m de long , mais c’est déjà énorme. On le traverse en faisant attention de ne pas passer à travers. Ce pont a été fabriqué et est entretenu pour que les moines du temple d’en face puissent venir au village sans marcher dans l’eau ou les rizières. Nous arrivons donc au temple. Il y a quelques marches à monter pour y accéder et avec la chaleur qu’il fait, cela devient vite une petite épreuve.

Le temple est en rénovation, du coup, toutes les statues ont été déplacées dans un pavillon temporaire au milieu de la cour.

On retraverse le pont et on remonte en voiture. Petite astuce, quand vous louez une voiture en Thaïlande ne prenez jamais un intérieur noir et cuir car ça chauffe grave.

On essaye de trouver un endroit où marcher le long de la Pai river mais il y a peu d’accès avec un parking et l’eau est moins belle et claire qu’auparavant.

Du coup, on file vers le wat Phra That Doi Kong Mu. Il est sur une petite colline qui domine Mae Hong Son. On le voit depuis le lac et le marché de nuit.

La vue est belle sur les vallées et montagnes alentours, on voit même l’aéroport un peu plus loin.

En repartant, on fait un dernier arrêt au 7 eleven pour acheter à boire et on rentre se reposer car la journée a, finalement, été bien remplie.

Vers 18h, on prend le chemin du marché de nuit. On a de la chance, notre place interdite d’hier est toujours libre.

Ce soir, on va plus vite car on sait ce que l’on veut et c’est encore une fois bien trop ! C’est la vie des Choubidous !

On rentre manger à la maison et on se couche en espérant ne pas être réveillés par le fou de ce matin.

Comments are closed.

Secured By miniOrange