Le réveil sonne bien trop tôt à notre goût, mais le train n’attend pas. On prend les sacs que l’on avait presque pas défait et on file prendre le bus pour aller à la gare. On prend le 80 comme à l’aller et au même endroit comme ça, on est sûr. En montant, pour payer, il ne nous reste que des billets de 500 roubles pour 80 roubles, le chauffeur nous fait comprendre en langage des signes grognés qu’il n’a pas la monnaie. Ok, ben on payera pas alors ! On guette notre arrêt et on le voit passer sur notre gauche, pendant que le bus tourne à droite. Heureusement, il y a un arrêt juste après. On fait signe au chauffeur que l’on veut descendre à la gare et toujours en grognant, il nous indique (plutôt nous ordonne) de descendre ici et comme par magie, il nous sort une pile de pièces vertigineuse pour nous rendre la monnaie ! Comme quoi, quand on veut …

Nous voilà débarqués à quelques centaines de mètres de la gare avec un genre de double voie à traverser. On décide de prendre la solution la plus sûre et on traversera 3 routes (de manière acrobatique) mais moins larges.

Notre train a 5 min de retard, mais quand nous sommes enfin à bord c’est comme un retour à la maison, on se sent bien et on s’installe comme si on ne l’avait jamais quitté. La routine revient vite : manger, dormir, jouer, admirer le paysage. On longe le lac Baïkal sur un bonne partie de la matinée, ce sont nos seconds aurevoirs.

Le soir arrive vite sans que l’on ait vraiment fait grand-chose. On s’est ravitaillé lors de l’arrêt à Oulan Ude avec quelques beignets saucisses qui manqueront à certaines !

Vers 21h, on éteint et on se couche pour une petite heure avant la sortie de Russie. C’est long mais facile, les officiels montent dans le train, vérifient nos cartes d’entrée et nos passeports, les emmènent pour le tampon et un flic vérifie que l’on ne cache pas un clandestin russe dans les compartiments sous les lits. Au bout de 2h, on reprend notre route pour…45 min car on recommence le même cirque pour entrer en Mongolie. Le contrôle des bagages est plus sommaire et la dame de l’immigration est vraiment gentille, Louise n’aura même pas besoin de se réveiller. Encore 1h45 et nous voici, officiellement, en Mongolie. On peut enfin dormir car le train arrive à 6h50, donc lever à 5h50 par la gardienne des clés, enfin du wagon.

 

Comments are closed.

Secured By miniOrange