La nuit a été assez calme dans notre campagne et on se lève bien reposé.

On fait les sacs et on sort prendre le petit déjeuner. On tombe sur celle qui nous a accueilli hier. Elle est très bavarde et nous suit partout pour nous expliquer tout ce qu’il y a au buffet.

On profite surtout des fruits (du jardin on espère) et Alex prend du porridge de riz avec une pâte de poisson pour faire plaisir à notre pipelette. Pour info, c’est particulier (le mot d’Alex pour pas bon).

On charge la voiture et on se dépêche d’aller au départ de notre marche du jour car le parking est petit.

En arrivant, il ne reste qu’une place, on a bien fait de partir tôt. Nous sommes là pour observer un phénomène typique de la région : la migration des papillons violets.

Entre Novembre et Mars, des milliers de papillons fuient le froid du nord de l’île pour se réfugier dans la région de Maolin et passer l’hiver au chaud.

A peine sommes nous garés que l’on voit déjà un petit bosquet avec des dizaines de papillons qui virevoltent autour.

Les filles sont aux anges et observent ça avec des petites étoiles dans les yeux.

On se lance dans une petite marche de 45 minutes pour pouvoir les observer dans la nature. Autant vous dire qu’en quelques mètres nous avons vu plus de papillons que dans toute notre vie.

Nous sommes dans la vallée des papillons violets, ceux-ci sont donc marrons à l’extérieur et violet-bleu sur le dessus des ailes.

Pour info, il existe d’autres vallées avec d’autres races de papillons (nous avons croisé la jaune en venant) mais celle-ci est la plus connue et la plus peuplée d’insectes.

On fait des centaines d’arrêts, attendant qu’ils se posent sur les fleurs pour butiner et ainsi nous laisser faire une belle photo.

Il y en a des blancs, des jaunes, des marrons et des multicolores, on ne sait plus où donner de la tête.

Au final, la petite marche nous aura pris 2h30.

Avant de partir, nous nous arrêtons dans un petit stand de nourriture aborigène et on se laisse tenter par du riz cuit dans du bambou et de la viande aux légumes. C’est délicieux !

On fait aussi un arrêt par le visitor center et nous avons droit à un film en 3D sur la migration des papillons.

Après tout ça, il faut partir car la route est longue jusqu’à Kenting et comme on trouvait que ce n’était pas assez long, on se l’est rallongée en passant par des petites routes afin d’éviter la grande ville.

Bref, on roule en suivant la côte et on arrive à notre hôtel vers 15h45. Il est tout mignon, un peu en retrait de la route, avec une mini vue sur l’océan, une terrasse perso et, surtout, une baignoire. Le ciel est mitigé mais après s’être installés, on file quand même à la plage qui est à 10 minutes à pied.

La plage est petite mais comme on est un peu hors saison, il n’y a pas grand monde.

L’eau est juste bien pour nous rafraîchir et les filles et Alex se mettent en sous vêtements pour se baigner. Super bonne !

Maéva n’ayant pas son maillot de bain sera un peu punie de baignade mais ce n’est que partie remise.

On rentre à la maison pour faire une lessive (et oui, il faut bien continuer à vivre propre) et laver toute la troupe pleine de sable et de sel.

Vers 18h, on reprend la voiture pour aller manger au marché de nuit de Kending à quelques minutes.

On fait un tour des stands et finalement, c’est un resto thaï qui raflera la mise. Pour une fois, ça fait du bien de manger assis à une table, un plat unique et consistant et pour le marché de nuit, on verra demain ou un des 3 autres soirs que l’on va passer ici.

On se prend un bon pad thaï, Gabrielle un riz frit au crabe (elle s’est bien habituée à la nourriture d’ici, étonnamment) et Louise des ailes de poulet frit (elle par contre ne s’est pas adaptée pour un sou).

On se couche tôt pour pouvoir profiter du parc national de Kenting demain et peut être faire un autre plouf l’après midi. C’est quand même classe de se baigner à la plage le 24 Novembre !

Comments are closed.

Secured By miniOrange